Mamoudou Gassama

C’est  un  jeune  Malien  de  22 ans.

Il  est  arrivé  en France  en  septembre  2018,  il  vit  dans  un  foyer  à  Montreuil,   près  de  Paris.

Pour  venir  en  France,  il  a  beaucoup  marché.  Il  a  traversé  plusieurs  pays :

  • Le  Niger
  • Le  Burkina Faso
  • La   Lybie
  • L’ Italie

comme  Issa  et  tant  de  jeunes  venus  du  Mali.

 

En  Lybie,  il  a  été  enfermé,  frappé.

Puis  il  a  traversé  la  mer  Méditerranée  sur  un  bateau  de  migrants.  Cette  traversée  en  bateau   fut  terrible.

Le  voyage  a  duré  5  ans  en  tout  !

Mamoudou  est  venu  en  France  pour  retrouver  son  frère  Diaby.  Sa  mère  était  morte  quand  il  avait  15  ans.

Samedi  26  mai,  il  mange  dans  la rue  à  Paris  avec  sa  copine,

et  il  entend  des  cris.

Il  voit  un  enfant  suspendu  au  balcon  du  4°  étage.

Il  se  précipite  et  grimpe   pour  sauver  le  petit  garçon.

Quelqu’un  l’a  filmé  et  a  posté  la  video  sur  twitter.

Cette  vidéo  a  été  vue  dans  le  monde  entier.

 

 

Le  président  Emmanuel  Macron  l’a  rencontré  pour  le  féliciter.

Le  président  du  Mali  lui  a  téléphoné.

 

Les  parents  du  petit  garçon  l’ont  remercié.

La  maman  était  partie  en  voyage,   le  papa   était  sorti   et   avait  laissé  l ‘enfant  de   4  ans  tout  seul !

Ce  papa  va  être  jugé  par  un  tribunal  car  on  n’a  pas  le  droit  de  laisser  un  petit  enfant  tout  seul.

 

Mamoudou  a  rencontré  beaucoup  de  journalistes  avec  son  frère.  Il a dit :

« J’ai vu l’enfant  qui était  au  4e étage  et moi,  directement,  je n’ai pensé  à rien,  pas à moi  ni rien,  je me suis mis  à courir,  j’ai traversé  la route  pour aller  le sauver. »

Il  est  devenu  un  héros  en  France  et  dans  son  pays,  au  Mali.

Mamoudou  obtiendra  la  nationalité  française  et  il  travaillera  avec  les  Pompiers  de  Paris.

Il  aime  beaucoup  le  foot.  Zinedine  Zidane  l’a  invité  en  Espagne !

 

 

En  France,  de  nombreux   Maliens  sont  venus  pour  travailler,  comme  Mamoudou,  Diaby,  Issa.

Ils  travaillent  très  dur  et  ils  envoient  de  l’argent  à  leur  famille  en  Afrique.

Comme  Mamoudou,  ils  n’ont  pas  de  papiers.   Ils  ont  toujours  peur  de  se  faire  arrêter  et  renvoyer  au  Mali.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Les migrants dans les Alpes

Chaque nuit, malgré le froid, des  personnes  marchent  dans  la  montagne  pour  traverser  la frontière  entre  l’Italie  et la France.
Ce  sont  des  migrants,  des  jeunes  hommes  qui  viennent  d’Afrique  pour  vivre en  Europe.  Ils  sont  arrivés  en  Italie  par  bateau,  ils  veulent  entrer  en  France  pour travailler.
Certains  sont  mineurs,  et  la  France  doit  les  accueillir  et  les  aider.
voir  article  >>>>     Moi,  Issa,  migrant.
Comme  Issa,    ces migrants  viennent  souvent  de pays   d’Afrique  où  on  parle  français  :  Mali, Côte d’Ivoire…
Mais  ils  n’ont  pas  l’autorisation  de  passer  la  frontière  par  la  route,  alors  la  nuit,  ils  montent  dans  la  montagne  à  pied.  Il  fait  très  froid,  il  y a  de  la  neige.
 
En  France,  près  de la  frontière,  des  personnes  les  aident.  Dans  les  Hautes-Alpes,  un  refuge  solidaire  a  ouvert  pour  éviter  que  des  migrants  meurent  de  froid.  On  leur  donne  des  vêtements  chauds  et  à  manger.  A  Briançon,  plus  de  1000  habitants  ont  hébergé  des  migrants.
Ensuite  ils  prennent  le train  pour  aller  à  Marseille,  Lyon  ou  Paris.
Samedi  21  avril,  des  militants  d’extrême-droite  ont  bloqué  un  passage.  Ils  ne  veulent  pas  que  les  migrants  entrent  en  France.
Pendant  ce  temps,  à  Gap,  200  personnes  ont  manifesté  pour  la  solidarité  et  l’accueil  des  migrants.
 
Gérard  Collomb,  le  ministre  de  l’Intérieur,  critique  tous  les  militants  :  ceux  qui  refusent  l’entrée  des  migrants  et  ceux  qui  les  accueillent.  Il  dit  qu’il  va  envoyer  davantage  de  policiers  à  la  frontière.
A  mon avis,  les  jeunes  Africains  devraient  avoir  le  droit  de  venir  en  Europe,  comme  les  jeunes  Européens  qui  peuvent  voyager  partout.

Pour compléter, voir cet article :

Les Français.e.s voyagent
Les Africain.e.s migrent

 

 

 

 

L’héritage de Johnny

Son vrai nom  est  Jean-Philippe Smet,

il  est   né    le à  Paris , et   mort   le

C’était  un  grand  chanteur  de  rock  français,  d’origine  belge,  très  populaire.

Avec  50  ans  de  carrière,   80  albums,  plus  de  3000  concerts,  il  était  très  célèbre  dans  tous  les  pays  francophones.

 

Quand  il  était  jeune,  il  a  épousé   une  chanteuse  Sylvie  Vartan.  Ils  ont  eu  un  fils  :  David  Smet.   Il  est  musicien  et  pilote,  connu  avec  le  nom  David  Halliday,  il  a  51  ans.

 

 

 

Puis  il  a  épousé  une  actrice,  Nathalie  Baye.  Ils  ont  eu  une  fille  :  Laura  Smet.   Elle  est  actrice,  elle  a  35  ans.

 

 

 

 

 

Enfin  avec  sa  cinquième  épouse,  Læticia  Boudou,  il  a  adopté  deux  filles,  Jade  (14  ans)  et  Joy  (10  ans).

 

 

 

 

 

 

Johnny  Halliday  est  devenu  très  riche.  Il  possède  plusieurs  grandes  maisons.

Johnny  avait  fait  un  testament,  c’est  un  texte  pour  les  volontés  après  la  mort.

Dans  ce  testament,  il  donne  toute  sa  fortune  à   Læticia.

 

David  et  Laura,  les  premiers  enfants,   contestent  ce  testament.

Dans  la  loi  française,  l’héritage   doit  être  partagé  entre  tous  les  enfants.

Mais  le  testament  a  été  fait  aux  Etats-Unis,  ou  vivaient  Johnny  et  Læticia.

De  plus,  Johnny  avait  enregistré  un disque  juste  avant  sa  mort.   David  et  Laura  voudraient  pouvoir  récupérer  les  enregistrements.

 

Le  30  mars,  un  premier  jugement  est  rendu  :

  • le  disque  va  pouvoir  être  produit  et  vendu  sans  l’accord  de  David  et  Laura.
  •  les  biens  et  la  fortune   que  Johnny  avait  légués   à  Læticia   sont    bloqués   :   personne  ne  peut  plus  y  toucher   tant  que   le   jugement  final  n’est  pas  rendu.

David Hallyday   et Laura Smet    demandent  que  l’héritage  de  leur  père  soit  réalisé  selon  la  loi   française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les personnes transgenres

A la naissance,  si  le bébé  a  un  pénis,  on dit que  c’est un garçon,  et  qu’il  deviendra un  homme.

Si  le  bébé  a  une  vulve,  on dit  que  c’est une fille,  qu’elle  deviendra  une  femme.

Mais  il  arrive  que  l’enfant,  en  grandissant,  se  sente  différent  :

il  a  un  corps  de  fille et  il  se  rend  compte  qu’il  est  un  garçon.  Ou  à  l’inverse,  elle  a  un  corps  de  garçon  et  se  rend  compte  qu’elle  est  une  fille.  Il  arrive  qu’une  personne  ne  se sente  ni  garçon,  ni  fille,  ou  les  deux.

C’est  une  personne  transgenre.  C’est  rare  et  c’est  difficile  à  comprendre  pour  les  autres,  pour  leur  famille.

Une personne transgenre  ne se reconnaît  pas  dans  le  genre  « femme »  ou  « homme »   qu’on  lui  a donné  à  sa naissance.

Pour  les  personnes  transgenres,  c’est  une  souffrance  de  ne  pas  être  reconnues  par  leur  entourage  pour  ce  qu’elles  sont.  Leur  corps  n’est  pas  adapté  à  leur  identité.

Ce  n’est  pas  une  maladie,  et  ce  n’est  pas  une  mode.   De plus  en plus  de  personnes  disent   être transgenres,    parce  que  la parole  se libère  dans  notre  société.

 

En  grandissant,   elles   décident   parfois   de  l’annoncer  à leur entourage  et  de  faire  des   changements physiques,  à l’aide  de la médecine,    pour  se sentir mieux   dans leur identité.

Souvent,  la  personne   transgenre  change   de  prénom   :   par exemple,   Nicolas   devient  Stéphanie,   Catherine  devient   Killian.

 

Elle peut  demander  au  médecin  psychiatre  la  possibilité  de  prendre  des  hormones,   et  subir  des  opérations  chirurgicales.

  • Une  femme  transgenre  qui  avait  un  corps  de  garçon   aura  moins  de  poils,  moins  de  muscles,  elle  aura  des  seins,   elle  peut  faire  une  opération  pour  enlever  son  sexe  d’homme.
  • Un  homme  transgenre  qui  avait  un  corps  de  fille  aura  plus  de  poils,  plus  de  muscles,  la  voix  plus  grave.  Il  peut  faire  une  opération  pour  enlever  les  seins, transformer son sexe.

On  peut  demander  un  changement  officiel  d’état  civil,   pour  avoir  une  carte  d’identité   avec  le  sexe  qui  convient.

 

 

Ces personnes sont  souvent  moquées,  discriminées.   Dans  beaucoup  de  pays,  elles  n’ont  pas  le  droit  de  changer  d’identité.  On parle de  transphobie.  Des  personnes  trans  se  font  licencier,  ou  ne  peuvent  pas  trouver  de  travail.   Souvent,  elles  sont  rejetées  par  leur  famille,  insultées  dans  la  rue  ou  sur  les  réseaux  sociaux.

 

En France,  depuis  novembre  2016,  la  loi  dit :

 » Toute personne  peut demander  à changer  de  prénom.

Le changement de prénom  se fait  à la mairie.

 » Toute personne  peut  demander  à  changer  son  sexe  à  l’Etat civil  (pour  ses  papiers).

Le changement  de  sexe  se  fait  au  Tribunal.

La  transphobie  est  interdite  par  la  loi  et  doit  être  punie.

 

Les  personnes  transgenres    demandent  à  être  plus  libres,  plus  autonomes :

  •  pouvoir  prendre  un  traitement  hormonal  plus  rapidement,
  • pouvoir  changer  de  sexe  à  l’Etat Civil  sans  l’avis  d’un  juge.

Il  est  important  de   comprendre  et  accepter   les  personnes  transgenres,   elles  ne  choisissent  pas  leur  situation,   elles  souhaitent   vivre  et  travailler   comme  tout  le monde.

 

 

https://www.psychologue.net/articles/que-signifie-etre-transgenre

 

 

 

 

Moi, Issa, migrant

J’ai grandi au Mali,  dans une ville  au bord  du fleuve  Sénégal.  Je  suis  devenu  un  jeune homme.  Je  n’aime  pas  trop  l’école,  j’ai arrêté d’y aller.

Je   dois  trouver  du  travail,   je  ne  peux  pas  rester  toujours  chez  ma  maman.   J’ai 17 ans,  ma mère  me dit  que je dois gagner  de l’argent  si je veux  me marier un jour,  et  devenir  un homme  dont elle sera fière.

Mon  grand-père  a  travaillé  longtemps  en France,  il  est  revenu  au  village  pour  sa  retraite.   Mon  père  aussi  travaille  en  France,  il envoie  de  l’argent  à ma mère.   Il  a  obtenu  des  papiers,  il  revient  en  vacances  et  puis  il  repart.

Alors  moi,  j’ai  voulu  aussi  aller  en France  pour  faire  des études,  apprendre  un métier,  travailler.

Mon  père  m’a  donné  de l’argent  pour  le  voyage.   J’ai  pris   des  bus,  des  taxis-brousse,   pour  traverser le Mali,   puis le Niger  et la  Lybie.

A  Tripoli,  j’ai payé  une  place  dans  un  bateau  vers  une grande île  italienne, la Sicile.

Je suis resté  plusieurs semaines  en Italie,  j’ai travaillé  pour  la  cueillette  des  olives,  j’ai appris la langue.  Maintenant  je parle  quatre langues :  le bambara,  le malinké,  le français appris à l’école,  l’italien,  et je comprends  un peu l’arabe  et l’anglais.

On m’a donné  un papier  avec mon identité  et l’autorisation  de circuler  pendant deux mois en Europe.

J’ai poursuivi  mon voyage  en train,  c’était long.  Naples,  Rome,   l’entrée en France.  Nice,  où il y avait  beaucoup de policiers.   J’ai été contrôlé,  mon papier a convenu,  on m’a laissé  tranquille.  Je suis arrivé à Paris.

Maintenant  c’est difficile.   On  ne veut  de moi  nulle part.  Mon père  n’a pas  de  place  chez lui,  j’ai pu  aller  quelques jours  dans un foyer.

Les gens  du bureau  d’accueil  pour les mineurs  croient  que je mens,  que j’ai plus de 18 ans.   Je  suis allé  dans  un  squatt,  mais  il y a  trop de monde,  c’est sale.   Une association m’a fait  rencontrer  un avocat,   on m’a emmené   dormir  trois nuits   chez des gens,   on m’a donné   une adresse  de foyer   dans une autre ville,   je vais  reprendre  le  train.

J’ai encore un peu d’argent,  mais  après ?

Je commence  à me demander  ce que je vais   pouvoir  faire  de ma vie.   C’est  compliqué ici,  il fait froid,   je m’ennuie  souvent.   Mais  je ne veux pas  décevoir  mes parents !

 

 

Pour compléter, voir cet article :

Les Français.e.s voyagent
Les Africain.e.s migrent

 

sur mon blog « ordinaire »       CE QUE J’EN DIS              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Mahorais-es

Les Mahorais et  les Mahoraises  sont les habitants de Mayotte.

Mayotte est une île située aux Comores, entre Madagascar et l’Afrique, dans l’Océan Indien.

En 2009, les Mahorais ont voté et Mayotte est devenue un département français d’outre-mer.

La capitale s’appelle Mamoudzou.

 

L’île de Mayotte est petite, entourée de mers chaudes et d’un beau lagon.

Un lagon, c’est une étendue d’eau entre l’île et la barrière de corail.

 

 

Le corail est un animal marin minuscule, il vit par colonies de millions  d’individus  qui fabriquent leurs abris en pierre,  cela devient des rochers qui entourent l’île et la protège.

                     

Le corail  vit  dans les mers chaudes,  il est en danger à cause de la pollution  et  du  réchauffement des océans.

 

A Mayotte, il y a environ  250 000 habitants.  La population  est très jeune :  6 Mahorais sur 10  sont âgés de moins de 25 ans.  Il y a beaucoup  d’enfants et d’adolescents.

De plus, les Comoriens  qui habitent  dans les îles voisines,  viennent à Mayotte  pour avoir  accès aux services de santé.

Les Mahorais sont Français, et nombreux  vivent  en métropole (en France),  à Marseille  par exemple.

Dans la société mahoraise,  les femmes  ont un rôle très important.  Elles possèdent les maisons, travaillent  beaucoup, font du commerce,  ou de la politique.

Elles s’habillent  avec de beaux tissus très colorés.  Elles mettent  parfois  sur le visage une crème épaisse pour sortir.

       

Il y a souvent  des manifestations  des Mahorais  pour améliorer leur niveau de vie  et leurs droits.

Si on parle français à l’école, les Mahorais ont une autre langue, le shimaoré.

L’échec scolaire est important,  et il y a beaucoup  de chômage et de pauvreté.

Mayotte est une très belle île,  on peut y voir de magnifiques paysages, très fleuris.

On l’appelle l’île aux parfums.

 

Cependant,  cette île  est   actuellement   en  crise  économique  et  sociale  :  forte  immigration,   pauvreté,   chômage.

La  France  doit  investir  davantage,   il  faudrait  plus  d’activités  locales   (artisanat,  agriculture)   et   de  solidarité.

 

 

 

 

 

 

 

France Gall

Cette  chanteuse  française  a  eu  beaucoup  de  succès  dans  sa  jeunesse.

Elle  est décédée  le  7  janvier  à l’âge  de  70 ans.

Elle  est  née  à  Paris,  elle  s’appelait  Isabelle.   Son père,  Robert Gall,  était  chanteur et  auteur.

France  Gall commence  à  chanter  très  jeune,  avec  un  premier  succès  en 1963 :

« Ne  soit pas  si bête »

Elle a  fait  partie  des  chanteurs  yéyés  :   une  nouvelle  mode  de  chansons  pop  des  années  60,  comme  :

  • Claude  François
  • Sheila
  • Sylvie Vartan
  • Johnny Halliday
  • Dalida
  • etc

 

 

En  1965,  elle  gagne  le  concours  de  l’Eurovision  en  chantant  :

« Poupée de cire,  poupée de son »   de  Serge  Gainsbourg.

Elle  enregistre  aussi  « Sacré  Charlemagne »  et  devient  célèbre  en Espagne,  en Algérie,  en  Allemagne.

Elle  a  ensuite  vécu  avec  le  chanteur  Julien  Clerc   pendant  cinq  ans.

Elle  retrouve  le  succès  en  France  grâce  à  Michel  Berger  et  la  chanson  « La déclaration » :

Michel  Berger  était  un  auteur,  chanteur,  pianiste  très  célèbre.  Il  a  écrit   des  chansons  et  produit  des  albums  pour  Bourvil,  Véronique  Samson,  Françoise  Hardy,…

Il  a  écrit  l’Opéra – Rock  « Starmania »  avec  Luc  Plamandon.

 

 

Ils  se  marient  et  ont  deux  enfants.  Ils  travaillent ensemble  avec  beaucoup  de  succès :

  • « ça  balance pas  mal à Paris »
  • « Il  jouait  du  piano  debout »
  • « Si  maman  si »

Ils  ont  acheté  une  maison  au  Sénégal,  France Gall  aimait  beaucoup  l’Afrique.

Ils  créent  une  association  humanitaire   :  Action Ecoles, en 1985   pour lutter contre la famine  en  Afrique,  avec  le  chanteur  Daniel  Balavoine  et  l’acteur  Richard  Berry.

 

Mais  Michel  Berger  meurt  brusquement  en  1992,   et  leur  fille  Pauline  décède  à  l’âge  de  19 ans  en  1997.

France  Gall  vit  encore  pendant  20  ans  avec  le  compositeur  Bruck Dawit.

Marquée  par  ces  deuils,  France  Gall  cesse  de  chanter  jusqu’en  2015,  avec  une  comédie  musicale  « Résiste »  en  hommage  à  Michel  Berger.

 

 

 

 

La momie de Louxor

Louxor  est  une ville  située  en Egypte,  au bord  du Nil.

Cette  ville  est  très  célèbre  car  elle  est  située  près  d’une  grande  cité  antique,  Thèbes.

On  y   trouve  de  nombreuses  ruines  du  temps  des  Pharaons,  des  temples,  des  tombes,  d’anciens  palais,   vieux  de  3  ou  4000 ans.

Il y a  la  Vallée  des  Rois,  la  Vallée  des  Reines.

 

On  y  a  découvert  le  tombeau  de  Toutankhamon,  un   pharaon  mort  jeune,  enterré  avec  ses  richesses.

Des   visiteurs  du  monde  entier  peuvent  y  voir

des  obélisques, 

des  sphinx,

des   hiéroglyphes.

En  Egypte,  du  temps  des  Pharaons,  quand  une  personne  très  riche  mourrait,  elle  pouvait  se  faire  momifier.   Son  corps  était  préparé  et  entouré  de  bandelettes  pour  le  protéger,  il  devenait  une  momie.

Des  momies  ont  été  découvertes  dans  des  pyramides,  on  peut  en  voir  dans  des  musées.

À Louxor,  des archéologues égyptiens   ont   encore   découvert   une momie   dans une tombe.   Le corps   pourrait   être celui   d’un haut  responsable    ayant vécu   il y a  3500 ans.

 

 

 

 

 

 

Audrey Azoulay, directrice de l’ UNESCO

Audrey  Azoulay  est  une  femme  politique  française, d’origine  Marocaine.

Elle  est  née  à Paris  en  1972,  elle  a  fait  des  études  de  gestion  et  de  sciences  politiques.

Elle  a  travaillé  à la Cour des comptes et  au  ministère de la culture.

En  2006  elle  est  devenue  directrice  financière  du  Centre National  du  Cinéma,  qui  aide  la  production  des  films.

Elle  est  devenue  conseillère  du   président François Hollande  sur les questions culturelles   en août 2014,   puis  Ministre  de la  Culture de  2016  à  2017.

 

 

 

 

Le  13  octobre  2017,  elle  est  élue  directrice  générale  de  l’ UNESCO   pour  4  ans.

L’UNESCO :

C’est  l’  Organisation des Nations unies  pour l’ éducation,  la science et la culture.

Cela  fait  partie   de  l’  ONU.

  • l’ONU  a  été  créée  en  1945,  après  la  seconde  guerre  mondiale,   pour  défendre   la  paix  dans  le  monde.   Les  pays  se  réunissent  pour  discuter,   avoir  des  échanges  sur  l’éducation,  la  culture,  etc…

195   Etats  sont  membres  de  l’ UNESCO.

 

La direction de l’UNESCO est située à Paris, place de Fontenoy.

 

L’ UNESCO  travaille   dans  5  grands  programmes  :

  • l’ éducation,  pour  permettre  à  tous  les  enfants  du  monde  d’apprendre.
  • les  sciences,  pour  faire  avancer  les  connaissances  et  protéger  l’environnement.
  • la culture,  pour  protéger  et  faire  connaitre  le  patrimoine  mondial.
  • la  communication,  pour  partager  les  documents,  les  savoirs dans  tous  les  pays.
  • l’ information,  avec  un  journal diffusé  dans  le  monde  entier   :  le  Courrier  de  l’Unesco.

Les  représentants  des  195  pays  se  réunissent  en  conférence  tous  les  2  ans.

Ils  votent  pour  élire  un  Conseil  Exécutif  de  58  personnes,  et  tous  les  4  ans,  ces  personnes  votent  pour  élire  le  Directeur  ou  la  Directrice.

Depuis  2009,  le  Directeur  Général  était  Irina  Bokova,  une  femme  Bulgare  (Bulgarie).

En  2017,  Audrey Azoulay    s’est  présentée  avec  8  autres  candidats.  C’est  elle  qui  a  été  élue.

Son  travail  va  être  difficile,  car  2  pays,   les  Etats-Unis  et  l’Israël,  viennent  de  quitter  l’UNESCO.

Elle  a  dit  :

 » L’Unesco  traverse une crise  profonde.   Mais  nous croyons   à la puissance   de l’éducation,   de la culture   et   des sciences,   à la défense des libertés    et   des droits  de l’homme. « 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sofiane Oumiha

Sofiane Oumiha  est un boxeur français   né le 23 décembre  1994   à Toulouse.

En  2015,  il était  champion  de  France.

Il  a  gagné  une  médaille  d’argent  aux  Jeux Olympiques  de Rio  en 2016.

—>  voir  article :   JO  les Jeux Olympiques  à Rio

Samedi  2 septembre  2017,  il est  devenu  champion  du  monde  de  boxe,  poids  léger,  amateur.

  • poids léger  :  catégorie   des  boxeurs  pesant  moins  de  60  Kg.
  • amateur  :  boxeur  n’est  pas   son  métier
  • le  championnat  s’est  déroulé  à  Hambourg,  en Allemagne.

Il  a  battu  le Cubain Lazaro Alvarez Estrada   qui  était  champion du monde  depuis  3  ans.

oumiha2

Sofiane  Oumiha  a commencé  la boxe  à  l’âge  de 7 ans   dans  un club  de  Toulouse.  Depuis,  il  a  gagné  de  nombreux  combats.

Il  a  déclaré  :

«  Je suis fier, très fier.  C’est la victoire du travail,  de la persévérance,  je n’ai jamais rien lâché. »

 

oumiha 3