Croc-Blanc, chapitre VIII – Le maître d’amour, 3/

<<<<  chapitre VIII,  2/  <<<<<

 

——————————–

Ainsi Croc Blanc  avait  découvert  l’amour.

Son maître Scott   était  un  vrai  maître,  un maître d’amour.  Il  se sentait  près  de  lui  comme  une fleur  au soleil.  Mais  il  ne savait  pas montrer  son amour.

Il  avait  toujours  été  solitaire  et  presque  sauvage,  aussi  il  ne jappait  jamais  quand  il voyait  arriver  Scott,  il  ne  bondissait  jamais  autour de lui  comme les autres chiens.

Croc Blanc  s’habituait  peu à peu  à sa nouvelle vie.

Quand  il comprit  que son maître  voulait  qu’il obéisse  à  Matt,  il  se laissa  atteler à un traîneau  avec  d’autres  chiens.

Au bout de quelque temps,  Croc Blanc  fut placé  en tête et  devint  le  chef  des  chiens  de  traineau.  Matt reconnut  que  c’était  le meilleur  chien d’attelage  qu’il  n’avait jamais eu.

 

A la fin du printemps,    Scott   partit travailler dans une autre ville : Circle.

Ce  fut très dur pour  Croc Blanc  qui  resta  à  la  cabane.  Il  ne voulait  plus bouger.

Il restait là,  jour et nuit,  inquiet  et malheureux,  à attendre  le retour  de son maître.

Matt  ne pouvait  rien faire  pour lui  expliquer  ou  pour le consoler.

Il finit par écrire une lettre à Scott :


Le loup   ne   veut  plus  travailler.   Il  ne  veut  plus  se nourrir  non plus.   Rien  ne  l’intéresse.  Les autres  chiens  le  battent  et  il  ne  se  défend  même  pas.   Je crois  qu’il  veut  se laisser mourir  car  tu  es  parti.


Finalement,  Scott  décida  de rentrer  à Dawson.  Il arriva  la nuit.  Croc  Blanc  était allongé près  du poêle.  Il  ne bondit pas  vers  son maître  mais  il remuait  la queue.  C’était  sa façon  de montrer  qu’il était  heureux  de le revoir.

Scott  le caressa  longuement  et  pour la première fois,  le chien  loup  se frotta  contre lui.  Scott  avait  les larmes  aux  yeux.

 

Quelques  jours  plus tard,  Beauty Smith   essaya  de venir  voler  Croc Blanc.   Mais celui-ci rentra dans une rage folle.   Si son maître  n’était  pas arrivé,   il aurait tué   le  méchant  petit homme.


 

>>>  chapitre  VIII ,  4/  >>>>>>>

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s