Croc Blanc, chapitre IV – Croc Blanc rencontre les hommes, 5/

<<< chapitre IV, 4 <<<


 

Castor Gris  donna  Kiche, la louve,  à un autre Indien,  Trois Aigles.

Celui-ci  partit  le lendemain  pour un long voyage.  Le louveteau   vit sa mère   emmenée sur la pirogue   de Trois Aigles.   Il se jeta à l’eau et   essaya de la rejoindre.

pirogue

Mais l’Indien lui donna  un violent coup de rame  qui l’assomma à moitié.   La pirogue s’éloigna rapidement.

Castor Gris  avait vu  Croc Blanc   et  l’attrapa par la peau du cou.  Il  lui donna  une bonne raclée  pour le punir  de s’être échappé.  Le louveteau  essaya de se défendre  mais les coups furent  encore plus forts.

Croc Blanc eut très peur.  C’était  la première fois  qu’un homme  le frappait ainsi.  Il se mit à hurler.  Castor Gris vit  qu’il avait compris  la punition  alors il arrêta  de le frapper. Puis il jeta  Croc Blanc au fond  d’une pirogue  et s’élança sur le fleuve.

Il donna un coup de pied à Croc Blanc qui le gênait pour prendre la rame.  Croc Blanc eut alors un mouvement de récolte :  il mordit l’Indien au pied !

Castor Gris se mit à nouveau très en colère. Il saisit la rame et se mit à  le  frapper encore.   Le louveteau  fut rejeté au fond de la pirogue.   Il n’avait plus la force de bouger. Maintenant il savait  qu’il ne fallait  jamais mordre  son maître.

Croc Banc  resta toute la journée  au fond de la pirogue  pendant que l’Indien pêchait.

Le soir, son maître  le jeta sur la berge  et il dut le suivre  en rampant  tant il avait mal.

Quand Liplip  le vit  arriver sans sa mère,  il se jeta sur lui.  Il l’aurait tué  si Castor Gris ne l’avait pas défendu.

Le louveteau  comprit  alors  que son maître  était sévère  mais juste.   Il passa la nuit dans la tente de son maître.   Il ne dormit pas  car il pensait à sa mère  et il était triste de son absence.

 

louve2

Les jours suivants,  il alla  encore se promener vers la forêt.

Il avait toujours  envie de s’enfuir, mais il avait peur de la punition   et il espérait que Trois Aigles   reviendrait avec sa mère.

 

 

La vie au camp  était  quand même  agréable.

Croc Blanc apprenait  peu à peu  la bonne manière  de se conduire  avec son maître.   Il était très obéissant.    En récompense,  Castor Gris   lui apportait   nourriture et protection.  Parfois il lui donnait  un bon morceau de viande,  empêchant  les autres chien  d’approcher.

Il ne le caressait jamais  mais Croc Blanc   commençait à l’aimer   en même temps qu’il le redoutait.

 

Le louveteau  espérait  toujours revoir sa mère.  Il continuait souvent à se battre  avec Liplip.   Les autres chiens aussi  le poursuivait  car il était différent d’eux.

Croc Blanc  acceptait les combats.  Il était fort  et courageux.  Ses adversaires reçurent de féroces morsures.   Quand un seul chien  l’attaquait,  il était souvent le meilleur.

Mais les chiens  l’attaquaient  souvent en groupe.   Le loup se défendait,  souple comme un chat   et rapide comme un serpent.

bagarre

Un jour, il tua un chien  en lui plantant  ses crocs  dans la gorge.   Tout le monde voulut punir   Croc Blanc,   mais Castor Gris,   qui avait compris   que les chiens  étaient toujours méchants  avec lui, refusa de le battre.

Mais les autres Indiens  devinrent aussi  méchants,  lui lançant des pierres  dès qu’ils le voyaient.   Croc Blanc  devin t de plus en plus féroce  pour se défendre.

Il finit  par ressembler plus  à un loup sauvage  qu’à un compagnon de l’homme.   Les chiens  n’osaient  même plus  l’attaquer.   Ils étaient même   obligés  de se déplacer en groupe   car dès que Croc Blanc   en voyait  un tout seul,   il lui sautait dessus.

Il devenait  de plus en plus sauvage,  comme ses parents.  Il était devenu un loup  presque adulte, robuste et rapide.   Il n’y avait  plus de place  pour la bonté   et l’amour  dans son cœur.

Il obéissait  à Castor Gris  parce que  c’était le plus fort  mais écrasait  les plus faibles.   Il devint  plus méchant,  plus puissant  et plus rapide   que tous les autres chiens   car il avait été obligé  de se défendre  contre leurs attaques.   Il était nécessaire qu’il devînt plus intelligent  et plus meurtrier  pour survivre.

crocblanc1

 

 

fin du  chapitre  IV,   à  suivre  ….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s