CROC BLANC – Chapitre I – 3/ les loups (suite)

chapitre I – 2/

 

Soudain,  ils  virent  un animal  ressemblant  à un chien  s’approcher   des   quatre  chiens  attachés.

« Regarde, dit Bill, c’est une louve. Elle attire les chiens un à un  loin de nous  et toute la meute  leur saute dessus  pour les dévorer ! »

 

louve2

 

Henry frappa dans ses mains et la louve disparut dans la nuit.

« Cette louve est très  maligne.   Elle a  l’air  de connaître  l’heure de repas des chiens.     Je crois qu’elle a été  apprivoisée.

– Elle est à moitié chienne.

– Elle est très dangereuse.  Avec un peu de chance,  on pourra la tuer  avec nos trois cartouches. »

 

Le lendemain matin,  un autre chien avait disparu.   Il n’en restait plus que trois.

Les hommes étaient furieux.

« La nuit  prochaine, je tuerai cette louve,  murmura Bill. »

Les deux hommes reprirent leur marche.   Ils trouvèrent les os du chien disparu  peu après.

« Ces loups doivent être affamés, ils vont finir par nous dévorer aussi !

– Ah ! Si je sors vivant de ce cauchemar,  je ne reviendrai jamais dans ce pays de malheur ! »

crocblanc1

 

Au milieu de la journée, Bill prend le fusil et dit :

« J’en ai assez de ces bêtes qui nous suivent ! Reste là, je vais aller voir.

– Sois prudent Bill, répondit Henry. »

Bill partit le fusil sur l’épaule et revint une heure plus tard.

« Je les ai vus, dit-il, ils sont très maigres,  ils doivent avoir tellement faim !    Ils vont nous suivre pour  nous manger.    Sinon, c’est eux qui mourront de faim ! »

Les hommes se remirent à avancer.   Quelques minutes plus tard,  ils aperçurent une forme sombre ramper dans la neige.

« C’est la louve, cria Bill !»

Elle s’approchait tout doucement en regardant les hommes.

« Elle doit faire 75  centimètres de haut et un mètre cinquante de long.

– On dirait un énorme chien de traîneau.

– Hé ! Gros chien ! Viens ici ! Bill appela.

– On dirait qu’elle n’a pas peur.

– Vas-y, il faut la tuer ! »

Bill prit le fusil pour le mettre à son épaule mais l’animal disparu aussitôt.

« Bien sûr, cette louve ou cette chienne est assez intelligente pour reconnaître un fusil ! »

La nuit venue, les deux voyageurs s’arrêtèrent.

Les trois chiens s’allongèrent épuisés dans la neige.

Les deux hommes ne purent pas dormir :  il fallait se relever sans cesse   pour remettre du bois dans le feu   et  éloigner  les loups.

louve3

 

« Les marins racontent   que les requins suivent les navires,  dit  Bill.   Les loups sont  comme  des requins.  Ils  finiront  par  nous  avoir. »

 

chapitre 1 – 4/

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s